Conseil citoyen : Circulaire du 15 octobre 2014 relative aux modalités de mise en œuvre des contrats de ville

La loi du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine rend obligatoire la création des « conseils citoyens ». Leur mise en place dans l’ensemble des quartiers prioritaires doit permettre de conforter les dynamiques citoyennes existantes et de garantir les conditions nécessaires à la participation des habitants notamment dans toutes […]

Les ZUS franciliennes : un paysage contrasté Yoann Musiedlak, Insee Ile-de-France

E n 2006, plus d’un Francilien sur
dix réside dans l’une des 157
zones urbaines sensibles (ZUS)
que compte la région, soit 1 278 300
personnes au total (➩■ Politique de la
ville) ✎❶. Ces quartiers prioritaires sont
localisés dans des zones particulièrement
touchées par la précarité sociale et
la pauvreté. Ainsi, près d’un Francilien
résidant en ZUS sur quatre habite en
Seine-Saint-Denis. C’est également dans
ce département que la part de la population
résidant en ZUS est la plus importante,
20 % contre 6 % à Paris.

Bien qu’elles soient toutes confrontées
à une forte précarité, les ZUS franciliennes
présentent une grande diversité
de situations. Elles peuvent toutefois
être réparties en cinq groupes homogènes,
au regard de critères comme le niveau
et la répartition des revenus ou les
parcours d’insertion professionnelle
✎❷. Ce classement prend également en
compte les caractéristiques de la commune (➩■ Méthodologie). Le groupe
A est composé des ZUS les plus en difficulté.
Le groupe B est moins confronté
à la précarité sociale mais
davantage que la moyenne des ZUS
franciliennes. Les ZUS du groupe C
sont moins en difficulté que la

moyenne des ZUS franciliennes.
Quant au groupe D, il rassemble les
ZUS relativement les moins en difficulté.
Enfin, les ZUS du groupe E se distinguent
par une forte densité médicale et
un faible parc HLM : il s’agit essentiellement
des ZUS situées à Paris.

Les ZUS franciliennes :
un paysage contrasté

L’Ile-de-France compte 157 zones urbaines sensibles. Les 1,3 million de personnes habitant
ces territoires prioritaires de la politique de la ville rencontrent des difficultés importantes.
Ces territoires connaissent cependant des réalités diverses. Cinq groupes homogènes
de ZUS ont été identifiés à partir des caractéristiques en termes de revenu, d’insertion
professionnelle ou de couverture sociale de leurs habitants. En particulier, deux d’entre eux
rassemblent les ZUS les plus en difficulté. Ils regroupent plus de 56 % de la population
francilienne vivant en ZUS.
Yoann Musiedlak, Insee Ile-de-France