Les ZUS franciliennes : un paysage contrasté Yoann Musiedlak, Insee Ile-de-France

Les ZUS franciliennes : un paysage contrasté
Yoann Musiedlak, Insee Ile-de-France
https://www.insee.fr/fr/statistiques/1293891

L’Ile-de-France compte 157 zones urbaines sensibles. Les 1,3 million de personnes habitant ces territoires prioritaires de la politique de la ville rencontrent des difficultés importantes. Ces territoires connaissent cependant des réalités diverses. Cinq groupes homogènes de ZUS ont été identifiés à partir des caractéristiques en termes de revenu, d’insertion professionnelle ou de couverture sociale de leurs habitants.

En particulier, deux d’entre eux rassemblent les ZUS les plus en difficulté. Ils regroupent plus de 56 % de la population francilienne vivant en ZUS.
INSEE Ile-de-France à la page
No 356
Paru le : 16/05/2011

E n 2006, plus d’un Francilien sur
dix réside dans l’une des 157
zones urbaines sensibles (ZUS)
que compte la région, soit 1 278 300
personnes au total (➩■ Politique de la
ville) ✎❶. Ces quartiers prioritaires sont
localisés dans des zones particulièrement
touchées par la précarité sociale et
la pauvreté. Ainsi, près d’un Francilien
résidant en ZUS sur quatre habite en
Seine-Saint-Denis. C’est également dans
ce département que la part de la population
résidant en ZUS est la plus importante,
20 % contre 6 % à Paris.

Bien qu’elles soient toutes confrontées
à une forte précarité, les ZUS franciliennes
présentent une grande diversité
de situations. Elles peuvent toutefois
être réparties en cinq groupes homogènes,
au regard de critères comme le niveau
et la répartition des revenus ou les
parcours d’insertion professionnelle
✎❷. Ce classement prend également en
compte les caractéristiques de la commune (➩■ Méthodologie). Le groupe
A est composé des ZUS les plus en difficulté.
Le groupe B est moins confronté
à la précarité sociale mais
davantage que la moyenne des ZUS
franciliennes. Les ZUS du groupe C
sont moins en difficulté que la

moyenne des ZUS franciliennes.
Quant au groupe D, il rassemble les
ZUS relativement les moins en difficulté.
Enfin, les ZUS du groupe E se distinguent
par une forte densité médicale et
un faible parc HLM : il s’agit essentiellement
des ZUS situées à Paris.

Les ZUS franciliennes :
un paysage contrasté

L’Ile-de-France compte 157 zones urbaines sensibles. Les 1,3 million de personnes habitant
ces territoires prioritaires de la politique de la ville rencontrent des difficultés importantes.
Ces territoires connaissent cependant des réalités diverses. Cinq groupes homogènes
de ZUS ont été identifiés à partir des caractéristiques en termes de revenu, d’insertion
professionnelle ou de couverture sociale de leurs habitants. En particulier, deux d’entre eux
rassemblent les ZUS les plus en difficulté. Ils regroupent plus de 56 % de la population
francilienne vivant en ZUS.
Yoann Musiedlak, Insee Ile-de-France

Territoire

11 % des Franciliens vivent dans une zone urbaine sensible
Nombre de ZUS Population
vivant en ZUS*
Ensemble
de la population*
Part de la population
vivant en ZUS
(en %)
Paris 9 125 500 2 181 400 5,8
Hauts-de-Seine 16** 167 100** 1 536 100 10,9
Seine-Saint-Denis 36 306 000 1 492 000 20,5
Val-de-Marne 23 136 800 1 298 300 10,5
Seine-et-Marne 9 76 700 1 273 500 6,0
Yvelines 16 115 600 1 395 800 8,3
Essonne 26** 163 700** 1 198 300 13,7
Val-d’Oise 22 186 900 1 157 100 16,2
Ile-de-France 157 1 278 300 11 532 400 11,1
France métropolitaine 717 4 156 400 61 399 700 6,8
*au 01/01/2006, arrondi à la centaine.
**la ZUS Grand Ensemble, présente sur les communes de Massy (Essonne) et Antony (Hauts-de-Seine), a été classée dans l’Essonne (plus
grande part de population), mais la population dans la ZUS tient compte de la partition.
Source : Insee, recensement de la population 2006
Groupe A
Les ZUS les plus en difficulté
sont majoritairement
en Seine-Saint-Denis
20 ZUS, 176 700 habitants
Les zones de ce groupe sont les ZUS
franciliennes les plus en difficulté. Les
habitants y sont en effet plus souvent
en situation de précarité sociale. 36 %
des habitants ont de bas revenus (hors
prestations sociales) et 19 % des 25-64
ans sont au chômage. La moitié des ménages
ont un revenu annuel par unité
de consommation inférieur à 7 800 €.
Les bénéficiaires de la Couverture
Maladie Universelle complémentaire
(CMU-C) sont plus nombreux que dans
les autres groupes (21,5 %). Ce groupe
est celui où la population compte le
plus de jeunes : 30 % de ses habitants
ont moins de 18 ans. Les jeunes de 18
à 24 ans sont également en difficulté :
22 % d’entre eux sont bénéficiaires de
la CMU-C. Parmi les ménages résidant
dans les ZUS de ce groupe, 16 %
comprennent au moins 6 personnes et
85 % travaillent comme employé ou
ouvrier. L’offre médicale est moins
importante dans ces 20 ZUS qu’à l’échelle
francilienne avec, en moyenne,
moins de 7 médecins généralistes
dans un rayon de 500 mètres autour
du domicile. Enfin, ce groupe est majoritairement
composé de ZUS de
Seine-Saint-Denis : 14 sur les 20,
comme « Les 4000 » à La Courneuve ou
la ZUS du « Grand Ensemble » à Clichysous-
Bois ✎❸ et ✎❹a et b. La Seine-
Saint-Denis comprend ainsi près de
112 700 des 176 700 habitants que
compte le groupe A. Les communes
(ou arrondissement) dans lesquelles
ces ZUS sont implantées sont également
très touchées par la précarité.
Sur les 17 communes principales (ou
arrondissement) concernées, 14 figurent
parmi les communes englobantes
les plus en difficulté ✎❺.
Groupe B
Des ZUS plus en difficulté
que la moyenne
des ZUS franciliennes
62 ZUS, 547 500 habitants
Avec 547 500 habitants répartis dans 62
ZUS, le groupe B est le plus peuplé des
cinq et concerne surtout la petite couronne.
Les personnes qui y résident sont
en moyenne moins pauvres et moins
exposées au chômage (16 % des 25-64
ans) que celles du groupe précédent
mais leur situation reste plus préoccupante
que la moyenne des ZUS franciliennes.
La moitié des ménages ont un
revenu par unité de consommation inférieur
à 10 045 euros et 27 % des habitants
vivent dans un ménage à bas
revenus.
Un habitant du groupe B sur six bénéficie
de la CMU-C. Les employés et les
Des réalités contrastées suivant les groupes
Groupe A :
ZUS les plus
en difficulté
Groupe B :
ZUS plus en
difficulté que
la moyenne
francilienne
Groupe C :
ZUS moins en
difficulté que
la moyenne
francilienne
Groupe D :
ZUS les moins
en difficulté
Groupe E :
ZUS atypiques Ile-de-France France
métropolitaine
Indicateurs de revenu
Revenu médian par unité de consommation (en euros) 7 799 10 046 12 551 16 551 13 096 11 392 9 834
Part de bas revenus hors prestations sociales (en %) 35,9 26,6 17,9 8,8 24,9 24,2 29,9
Indicateurs d’insertion professionnelle
Taux d’activité des 25-65 ans (en %) 69,4 75,8 80,4 84,5 78,4 77,1 72,5
Indicateur de chômage (en %) 19,2 16,3 12,4 8,2 15,2 14,8 18,3
Part des employés et ouvriers dans les salariés (en %) 85,5 81,4 73,5 64,3 54,1 75,6 80,4
Indicateur de logement
Part de HLM (en %) 73,4 63,8 62,0 44,6 17,3 58,0 60,4
Indicateurs de précarité
Part de bénéficiaires de la CMU-C (en %) 21,5 16,5 11,4 6,3 14,9 15,1 22,4
Part des 18-24 ans bénéficiaires de la CMU-C (en %) 21,8 16,6 12,3 7,5 20,4 16,0 25,6
Indicateur d’éducation
Part de retards d’au moins 2 ans en 6e (en %) 4,5 2,8 2,1 1,1 4,6 2,8 3,2
Indicateur d’offre médicale
Densité médicale (en nombre moyen de médecins) 6,9 7,1 6,1 4,7 26,6 9,3 7,4
Indicateurs de structure de la population
Part des ménages de 6 personnes et plus (en %) 16,6 11,3 7,3 4,6 5,5 9,6 6,9
Part des moins de 18 ans (en %) 30,4 29,0 26,7 24,4 18,7 27,4 26,9
Indicateur communal
Intensité de difficulté communale 2,7 1,1 -0,5 -2,5 -0,3 0,3 nd
Structure des groupes
Population vivant en ZUS 176 700 547 500 372 000 70 600 111 500 1 278 300 4 156 400
Nombre de ZUS 20 62 51 16 8 157 717
nd : non disponible
Champ : population vivant en ZUS.
Sources : ANPE – Source fiscale – CNAM – Education nationale – Insee, DADS, recensement de la population 2006
Des profils variés suivant les groupes
1- Part de bas revenus hors prestations sociales (%)
2- Indicateur de chômage (%)
3- Part de bénéficiaires de la CMU-C (%)
4- Part des 18-24 ans bénéficiaires de la CMU-C (%)
5- Part de retards d’au moins 2 ans en 6 (%)
6- Densité médicale 2006 (nombre de médecins généralistes)
7- Part des ménages de 6 personnes ou plus (%)
8- Part des moins de 18 ans (%)
e
Groupe A :
ZUS les plus en difficulté
0
5
10
15
20
25
30
35
40
1
2
3
4
5
6
7
8
Groupe B :
ZUS plus en difficulté que la moyenne francilienne
Groupe C :
ZUS moins en difficulté que la moyenne francilienne
Groupe D :
ZUS les moins en difficulté
Groupe E :
ZUS atypiques
ZUS du groupe indiqué
Ensemble des ZUS d’Ile-de-France
0
5
10
15
20
25
30
35
40
1
2
3
4
5
6
7
8
0
5
10
15
20
25
30
35
40
1
2
3
4
5
6
7
8
0
5
10
15
20
25
30
35
40
1
2
3
4
5
6
7
8
0
5
10
15
20
25
30
35
40
1
2
3
4
5
6
7
8
Lecture : 8,8 % des ménages du groupe D ont de bas revenus, tandis qu’à l’échelle francilienne, c’est le cas de 24,2 % des ménages en ZUS.
Sources : ANPE – Source fiscale – CNAM – Education nationale – Insee, DADS, recensement de la population 2006
Politique de la ville
La politique de la ville vise à intervenir auprès de territoires urbains dont la population est confrontée à d’importantes difficultés sociales.
Les zones urbaines sensibles (ZUS) sont des territoires infra-communaux définis par les pouvoirs publics pour être la cible prioritaire de la politique

de la ville, en fonction des considérations locales liées aux difficultés que connaissent les habitants de ces territoires. Définies dans la loi de
novembre 1996 dite « Pacte de Relance pour la Ville », les ZUS sont caractérisées notamment par la présence de grands ensembles ou de quartiers
d’habitat dégradé et par un déséquilibre accentué entre l’habitat et l’emploi. Parmi les 751 ZUS de France, 157 sont situées en Ile-de-France. Les
populations des ZUS en 2006 correspondent aux résultats définitifs issus des enquêtes annuelles de recensement réalisées de 2004 à 2008.
Parmi ces ZUS, des territoires ciblés présentant des niveaux particuliers de difficultés urbaines, économiques et sociales font l’objet de mesures spécifiques,

notamment pour favoriser la création d’activité et d’emplois : 416 zones de redynamisation urbaine (ZRU) et 100 zones franches urbaines
(ZFU). La région d’Ile-de-France comprend 67 ZRU et 26 ZFU.
La loi du 1er aout 2003 d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine, dite « loi Borloo », détermine le Programme national
de
rénovation urbaine (PNRU). Ce programme se concentre sur environ 400 ZUS, parmi les plus peuplées, mais aussi sur 150 autres quartiers, qui
présentent des difficultés socio-économiques ressemblant à celles que connaissent les ZUS concernées. En Ile-de-France, la rénovation urbaine
porte sur 135 sites.
Les contrats urbains de cohésion sociale (CUCS) définissent le cadre du projet de territoire développé au bénéfice des quartiers en difficulté. Ils sont

conclus entre l’Etat et les communes ou les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), et d’autres partenaires. Ces contrats
prennent en compte les politiques structurelles développées à l’échelle communale ou intercommunale influant sur la situation des quartiers (emploi,
développement économique, transport, insertion sociale). Ils intègrent également les actions conduites au seinmême de ces quartiers afin d’améliorer
la vie quotidienne des habitants en difficulté. Sur les 497 contrats signés, 115 l’ont été par une commune ou un EPCI d’Ile-de-France. Ils concernent
507 quartiers.
Les ZUS concentrant le plus de difficultés sont très majoritairement situées en Seine-Saint-Denis
a Les ZUS de la grande couronne
Chelles
Athis-
Mons
Vigneux-sur-
Seine
Viry-Châtillon
Epinay-sous-
Sénart
Boussy-
Saint-Antoine
Brunoy
Draveil
Quincy-sous-
Sénart
Corbeil-
Essonnes
Ris-
Orangis Evry
Courcouronnes
Grigny
Fleury-
Mérogis
Le Méesur-
Seine
Dammarie-les-Lys
Melun
Chantelouples-
Vignes
Achères
Carrièressous-
Poissy
Argenteuil
Bezons
Sartrouville
Montignylès-
Cormeilles
Franconville
Cergy
Saint-Gratien
Montmagny
Deuil-la-Barre
Villiers-le-Bel
Sarcelles
Gargeslès-
Gonesse
Gonesse
Montigny-le-
Bretonneux
Saint-Ouenl’Aumône
Les Ulis
Massy
Goussainville
Ecquevilly
Les Mureaux
Poissy
Aubergenville
Trappes La Verrière
Saint-Michelsur-
Orge
Sainte-Geneviève-des-Bois
Meaux
Etampes Montereau-
Fault-Yonne
Nemours
Persan
Mantesla-
Ville
Provins
Magny-les-
Hameaux
Mantes-la-Jolie
Emerainville
Massy/Antony
Classification des groupes
Limites communales
Limites départementales
© IAU îdF-IGN-Insee 2011
A
B
C
D
E
Sources : ANPE, source fiscale, DADS, CNAM, Education nationale, Insee – recensement de la population 2006
ouvriers représentent ici aussi plus de
80 % de la population salariée. Ces ZUS
comptent beaucoup de familles nombreuses
: plus d’un ménage sur dix est
composé de plus de 6 personnes. Si l’on
exclut le groupe E, c’est dans le groupe B
que la densité médicale est la plus haute :
les habitants des ZUS du groupe B ont en
moyenne 7 médecins dans un rayon de
500 mètres autour de leur résidence
principale.
La plupart des communes dans lesquelles
se trouvent ces ZUS sont également
en très grande difficulté si on les compare
à la moyenne des communes
concernées par des ZUS dans la région.
Néanmoins, 11 ZUS du groupe B sont
situées dans des communes moins en
difficulté que lamoyenne : « La Coudraie »
(Poissy), « La Prairie de l’Oly » (Montgeron)
ou encore « La Résidence du Parc »
(Limeil-Brévannes).
Groupe C
Des ZUS en situation
intermédiaire, moins en
difficulté que la moyenne
des ZUS franciliennes
51 ZUS, 372 000 habitants
Les 51 ZUS qui composent ce groupe
comptent au total 372 000 habitants.
Limites communales
Limites départementales
A
B
C
D
E © IAU îdF-IGN-Insee 2011
Clichy
Classification des groupes
Montfermeil
Aulnaysous-
Bois
Le Blanc-
Mesnil
Noisy-le-
Sec
Chennevièressur-
Marne
Villiers-sur-
Marne
Champignysur-
Marne
Bonneuilsur-
Marne
Noisy-le-
Grand
Neuillysur-
Marne
Alfortville
Bobigny
Montreuil
Bagnolet
Créteil
Vitry-sur-
Seine
Ivry-sur-
Seine
Paris
20 arrondissement e
Paris
11 arrondissement e
Paris
19 arrondissement e
Paris
18 arrondissement e
Paris
10 arrondissement e
Saint-Denis
Stains
La Courneuve
Dugny
Pierrefitte-
Villetaneuse sur-Seine
Limeil-
Brévannes
Valenton
Villeneuve-
Saint-Georges
Bagneux
Choisyle-
Roi
Orly
Bourgla-
Reine
Sceaux
Fontenayaux-
Roses
Paris
17 arrondissement e
Asnièressur-
Seine
Gennevilliers
Villeneuvela-
Garenne
Colombes
Villeneuvele-
Roi
Châtenay-
Malabry
Nanterre
Epinaysur-
Seine
Clichy-sous-
Bois
Seine-et-Marne
Val-d’Oise
Yvelines
Essonne
Boulogne-Billancourt
Aubervilliers
Bondy
Drancy
Pantin
Sevran
b Les ZUS de Paris et de la petite couronne
Sources : ANPE, source fiscale, DADS, CNAM, Education nationale, Insee – recensement de la population 2006
Les 157 ZUS franciliennes en 5 groupes
Nom de la ZUS Code
Dépt. Commune
Difficulté
de la
commune
Nom de la ZUS Code
Dépt. Commune
Difficulté
de la
commune
Groupe A : ZUS les plus en difficulté Lochères 95 Sarcelles ****
HBM Aubervilliers 75 Paris 18e arrondissement *** Les Carreaux 95 Villiers-le-Bel ****
Porte de Montmartre 75 Paris 18e arrondissement *** Les Puits, La Marlière, Derrière-les-Murs… 95 Villiers-le-Bel ****
ZUP de Surville 77 Montereau-Fault-Yonne **** Groupe C : ZUS moins en difficulté que la moyenne francilienne
Le Val Fourré 78 Mantes-la-Jolie **** Porte de Saint-Ouen, Porte de Clichy 75 Paris 17e arrondissement *
Les Tarterets 91 Corbeil-Essonnes **** La Grande Prairie 77 Chelles *
Landy 93 Aubervilliers, Saint-Denis **** ZAC des Courtilleraies 77 Le Mée-sur-Seine ***
La Rose des Vents-Cité Emmaüs… 93 Aulnay-sous-Bois *** Les Grésillons 78 Carrieres-sous-Poissy **
L’Abreuvoir 93 Bobigny, Drancy **** Le Plateau – Cité des Indes 78 Sartrouville *
Quartier Nord 93 Bondy **** Le Noyer Renard 91 Athis-Mons *
Grand Ensemble 93 Clichy, Montfermeil **** Hautes Mardelles 91 Brunoy *
Les 4000 93 La Courneuve **** La Nacelle 91 Corbeil-Essonnes ****
Grands Pêchers-Bel Air 93 Montreuil **** Le Canal 91 Courcouronnes ***
La Boissière 93 Noisy-le-Sec *** L’Orme des Mazières, Danton 91 Draveil *
Les Poètes 93 Pierrefitte-sur-Seine **** Les Bergeries 91 Draveil, Vigneux-sur-Seine *
Cité Allende 93 Saint-Denis **** Cinéastes – Plaine 91 Epinay-sous-Sénart ***
Clos Saint-Lazare – Allende 93 Stains **** Parc aux Lièvres 91 Evry ****
Moulin Neuf 93 Stains **** Les Aunettes 91 Fleury-Mérogis **
Allende 93 Villetaneuse **** Le Grand Ensemble 92 Massy, Antony **
Grandcoing 93 Villetaneuse **** Vieillet 91 Quincy-sous-Senart *
Dame Blanche, La Muette 95 Garges-lès-Gonesse **** Grand Ensemble du Plateau 91 Ris-Orangis **
Groupe B : ZUS plus en difficulté que la moyenne francilienne Les Aunettes 91 Sainte-Geneviève-des-Bois *
Curial, Cambrai, Alphonse Karr 75 Paris 19e arrondissement *** La Croix Blanche 91 Vigneux-sur-Seine **
La Plaine du Lys 77 Dammarie-les-Lys *** Quartier Ouest 91 Les Ulis **
Beauval, La Pierre Collinet 77 Meaux **** Quartier Nord 92 Asnieres-sur-Seine **
Quartier Nord 77 Melun *** Les Blagis 92 Bagneux, Fontenay, Sceaux, Bourg-la-Reine ***
Zup du Mont-Saint-Martin 77 Nemours *** La Butte Rouge 92 Châtenay-Malabry **
Champbenoist 77 Provins *** Europe-Ile Marante 92 Colombes **
La Cité : La Noë-Les Feucherets 78 Chanteloup-les-Vignes **** Fosse Jean – Gare du Stade 92 Colombes **
Merisiers, Plaisance 78 Mantes-la-Ville ** Le Luth 92 Gennevilliers ****
Cinq quartiers 78 Les Mureaux *** Chemin de l’Ile 92 Nanterre ***
La Coudraie 78 Poissy * Provinces Francaises – M.Berthelot… 92 Nanterre ***
Les Merisiers : George Sand, Pergaud… 78 Trappes **** La Noue 93 Montreuil ****
Le Bois de l’Etang 78 La Verrière ** Les Fauvettes 93 Neuilly-sur-Marne **
Montconseil 91 Corbeil-Essonnes **** Champy 93 Noisy-le-Grand **
Le Plateau des Guinettes 91 Etampes ** Le Grand Ensemble, Cité Fabien 94 Bonneuil-sur-Marne ***
Les Pyramides 91 Evry **** Cité Jardins – Les Boullereaux 94 Champigny-sur-Marne ***
Grigny 2 91 Grigny **** Bleuets – Bordières – Planètes 94 Créteil **
La Grande Borne 91 Grigny, Viry-Châtillon **** Habette – Square Martinez – Côte-d’or 94 Créteil **
La Prairie de l’Oly 91 Montgeron, Vigneux-sur-Seine * Palais 94 Créteil **
Petit Colombes 92 Colombes ** Cité Gagarine 94 Ivry-sur-Seine **
Les Grésillons 92 Gennevilliers **** Pierre et Marie Curie 94 Ivry-sur-Seine **
Le Parc 92 Nanterre *** La Lutèce 94 Valenton ****
Petit Nanterre 92 Nanterre *** Les Polognes 94 Valenton ****
La Caravelle 92 Villeneuve-la-Garenne **** Quartier du Bord de l’Eau (cité Paul Bert) 94 Villeneuve-le-Roi **
Seine Sablière 92 Villeneuve-la-Garenne **** Quartier Nord 94 Villeneuve-Saint-Georges ***
Villette – Les Quatre Chemins 93 Aubervilliers, Pantin **** Grand Ensemble Ouest-Est 94 Vitry-sur-Seine ***
Malassis 93 Bagnolet **** Val d’Argent Sud 95 Argenteuil ***
Quartiers Nord : Grand Ensemble… 93 Le Blanc-Mesnil, Dugny *** Quartier de l’Agriculture 95 Bezons ***
Karl Marx, Paul Eluard 93 Bobigny **** Tête de Pont 95 Bezons ***
Les Courtillières – Pont-de-Pierre 93 Bobigny, Pantin **** Quartier de la Galathée… 95 Deuil-la-Barre, Montmagny *
Quartier Blanqui 93 Bondy **** La Fontaine Bertin 95 Franconville *
Cité Cachin, Jules Auffrey, La Muette 93 Drancy *** Les Frances 95 Montigny-lès-Cormeilles **
Quartier Sud 93 Dugny **** Les Raguenets 95 Saint-Gratien *
La Source – Les Presles 93 Epinay-sur-Seine **** Chardonnerettes 95 Sarcelles ****
Orgemont 93 Epinay-sur-Seine **** Groupe D : ZUS les moins en difficulté
Montreau-Ruffin 93 Montreuil **** Le Clos Emery 77 Emerainville *
Pavé Neuf 93 Noisy-le-Grand ** Les Champs de Villars – Barricades… 78 Achères *
Le Londeau 93 Noisy-le-Sec *** Cité d’Acosta 78 Aubergenville *
Floréal-Saussaie 93 Saint-Denis **** Cite du Parc 78 Ecquevilly *
Les Francs-Moisins – Bel Air 93 Saint-Denis **** Le Buisson 78 Magny-les-Hameaux *
Les Beaudottes 93 Sevran **** Les Près 78 Montigny-le-Bretonneux *
Pont Blanc 93 Sevran **** Beauregard 78 Poissy *
Rougemont 93 Sevran **** Quartier Orly-Parc 78 La Verrière **
Quartiers Sud (Grand Ensemble) 94 Alfortville *** Les Buissons, Marelles 91 Boussy-Saint-Antoine *
Le Bois l’Abbé 94 Champigny-sur-Marne, Chennevières *** Villaine 91 Massy **
Les Mordacs 94 Champigny-sur-Marne, Chennevières *** Bois des Roches 91 Saint-Michel-sur-Orge *
Hauts du Mont-Mesly 94 Créteil ** Cilof 91 Viry-Châtillon *
Residence du Parc (Saint-Martin) 94 Limeil-Brévannes * Pont de Sèvres 92 Boulogne-Billancourt *
Le Grand Ensemble 94 Orly, Choisy-le-Roi *** Ile-de-France 94 Limeil-Brévannes *
Le Bois Matard-Le Plateau 94 Villeneuve-Saint-Georges *** Haut-Pays et Gruisie 94 Villeneuve-le-Roi **
Les Hautes Noues 94 Villiers-sur-Marne ** Val Notre-Dame 95 Bezons, Argenteuil ***
Cité Joliot Curie 95 Argenteuil *** Groupe E : ZUS atypiques
Val d’Argent Nord 95 Argenteuil *** Porte Saint-Denis – Porte Saint-Martin 75 Paris 10e arrondissement **
Saint-Christophe 95 Cergy *** Fontaine au Roi 75 Paris 11e arrondissement *
Les Basses Bauves – Les Doucettes 95 Garges-lès-Gonesse **** La Goutte d’Or 75 Paris 18e arrondissement ***
La Fauconnière 95 Gonesse *** Belleville 75 Paris 20e arrondissement **
Grandes Bornes-Buttes aux Oies-Ampère 95 Goussainville *** HBM Ménilmontant 75 Paris 20e arrondissement **
Le Village 95 Persan *** Victor Hugo 92 Clichy **
Chennevières 95 Saint-Ouen-l’Aumône ** Les Coutures 93 Bagnolet ****
Chantepie-Les Rosiers 95 Sarcelles **** Les Dalles 94 Choisy-le-Roi **
Les ZUS en italique sont multicommunales. ****désignant les communes les plus en difficulté, *celles le moins en difficulté.
Lecture : la ZUS HBM Aubervilliers appartient au groupe A, groupe des ZUS les plus en difficulté. Elle est située dans le 18e arrondissement de Paris,
qui est classé dans le groupe des communes en difficulté relative.
Méthodologie
Caractérisation des communes concernées
par des zones urbaines sensibles
Une Analyse en Composantes Principales
(ACP) a permis de caractériser le niveau de
difficulté des différentes communes comprenant
en leur sein une zone urbaine sensible.
A chaque ZUS est associée une commune englobante.
Dans le cas des ZUS s’étendant sur
deux communes ou plus, seule la commune la
plus représentative en termes de population a
été conservée. Par exemple, la ZUS « Le
Grand Ensemble » s’étend sur les communes
de Massy (91) et d’Antony (92). La population
de la ZUS étant composée pour les deux tiers
de Massicois, Massy a été choisie comme
commune de référence.
L’ACP permet, en partant d’une série d’indicateurs
(voir ci-dessous), de hiérarchiser l’information.
Chaque commune s’est vue affecter un
indicateur synthétique de difficulté appelé par
la suite « Intensité de difficulté communale ».
Ce dernier croît avec la difficulté. Il est positif
pour les communes les plus exposées à
une forte précarité et négatif pour les communes
les moins exposées.
Les indicateurs retenus dans cette analyse
sont les suivants :
Indicateur de difficulté scolaire des jeunes
Part des jeunes de moins de 26 ans non scolarisés
et sans qualification professionnelle
(c’est-à-dire ceux n’ayant pas au moins un diplôme
de niveau CAP ou BEP).
Parts de bénéficiaires de minima sociaux
– Nombre d’allocataires du RMI (revenu minimum
d’insertion) sur population communale.
– Nombre d’allocataires de l’API (allocation parent
isolé) sur population communale.
– Nombre d’allocataires logement sur population
communale.
Ces trois taux sont issus de données des CAF.
Part de HLM parmi les résidences principales
Les chiffres sont issus du recensement de la
population de 2006.
Indicateur de chômage
Il s’agit du nombre de chômeurs sur le nombre
d’actifs. Les chômeurs sont les personnes (de
15 ans ou plus) qui se sont déclarées chômeuses
(inscrites ou non à l’ANPE) sauf si elles ont,
en outre, déclaré explicitement ne pas rechercher
de travail. La population active occupée
comprend les personnes qui déclarent :
– exercer une profession (salariée ou non)
même à temps partiel ;
– aider un membre de la famille dans son travail
(même sans rémunération) ;
– être apprenti, stagiaire rémunéré… ;
– être militaire du contingent (tant que cette situation
existait).
Potentiel financier par habitant de la commune
Ce potentiel comprend le potentiel fiscal
(c’est-à-dire le produit des impôts directs locaux
calculé en appliquant les taux moyens nationaux
de la catégorie de la collectivité) auquel
est ajouté la part forfaitaire des dotations versées
par l’Etat aux collectivités. Cet indicateur
est issu des données de la DGCL.
Typologie des zones urbaines sensibles
L’analyse porte sur les 157 zones urbaines
sensibles d’Ile-de-France. L’objectif de la typologie
est de constituer des groupes de quartiers
relativement homogènes et en nombre limité à
partir d’indicateurs tirés de différentes sources.
Cette typologie a été réalisée à l’aide d’une
« classification ascendante hiérarchique ».
Cette méthode s’effectue par agrégation
successive des quartiers. Elle permet de
regrouper les quartiers qui se ressemblent le
plus, tout en maximisant les différences entre
les groupes. Ceci conduit à retenir un découpage
en cinq groupes dans le cas présent et de
réaliser ainsi une typologie des quartiers en
fonction d’indicateurs produits conjointement
entre l’Insee et le Secrétariat général du Comité
Interministériel des Villes (SG-CIV) et rendant
compte des difficultés sociales des habitants
de ces quartiers.
Les données mobilisées sont issues d’un traitement
particulier des fichiers de demandeurs
d’emploi en fin d’année de l’ANPE (Agence
Nationale Pour l’Emploi), des fichiers de source
fiscale (SF), de ceux des déclarations de données
sociales exploitées au lieu de résidence
des salariés (DADS), de ceux de la CNAM
(Caisse Nationale d’Assurance Maladie), du
fichier d’élèves de l’Education nationale (EN),
des fichiers des recensements de la population
de 2006 ou de 1999 (RP).
Les 12 indicateurs utilisés comme variables actives
de la classification sont des indicateurs de :
Revenu
– La part de la population vivant dans un
ménage à bas revenu hors prestations sociales
en 2005.
Ici, un bas revenu est un revenu par unité de
consommation inférieur au premier décile de
cette variable, calculé sur l’ensemble des communes
de plus de 10 000 habitants de France
métropolitaine.
– Le revenu médian par unité de consommation
2005.
Activité/Insertion professionnelle
– L’indicateur de chômage début 2006 : il s’agit
du nombre de demandeurs d’emploi à l’ANPE
de catégorie 1, 2, 3 hors activité réduite âgés
de 25 à 64 ans rapporté au nombre d’actifs de
25 à 64 ans, évalués à partir de la source fiscale.
L’indicateur est différent de celui calculé
au niveau communal (cf. Caractérisation des
communes concernées par des zones urbaines
sensibles).
– La part d’ouvriers et d’employés parmi les
salariés résidents en 2006.
– Un indicateur d’activité des personnes âgées
de 25 à 64 ans début 2006.
Logement
– La part des HLM parmi les résidences principales
début 2006.
Population
– La part des ménages de 6 personnes et plus
parmi l’ensemble des ménages début 2006.
– La part de la population âgée de moins de 18
ans en 2007.
Précarité
– La part des bénéficiaires de la Couverture
Maladie Universelle complémentaire (CMU-C)
parmi les bénéficiaires de la CNAM en 2007.
– La part des bénéficiaires de la CMU-C parmi
les bénéficiaires de la CNAM de 18 à 24 ans en
2007.
Education
– Part des élèves de 6e en retard d’au moins 2
ans en 2008.
Offre médicale
– La densité de l’offre de soins médicaux en
2005 : nombre de médecins dans un rayon de
500 mètres de la résidence principale.
Intensité de difficulté communale
Cf. Caractérisation des communes concernées
par des zones urbaines sensibles.
Ces ZUS sont moins exposées à la précarité
sociale que la moyenne des ZUS
franciliennes. Ainsi, la part de chômeurs
se situe en dessous de la moyenne des
ZUS franciliennes avec 12 % de demandeurs
d’emploi chez les personnes de 25
à 64 ans. Les bénéficiaires de la CMU-C,
aussi bien chez les jeunes que parmi
l’ensemble de la population dans ces
ZUS, sont relativement moins nombreux
que dans les groupes A et B (respectivement
12 % et 11 % des bénéficiaires de
la CNAM). 62 % des résidences principales
appartiennent au parc locatif HLM.
La moitié des habitants des ZUS du
groupe C ont un revenu annuel supérieur
à 12 500 €. Le revenu médian par
unité de consommation des habitants du
groupe C est ainsi supérieur de près de
2 500€ par an à celui des habitants du
groupe B. La population de ces ZUS est
relativement jeune : 4 habitants sur 15
ont moins de 18 ans. Les ménages de
plus de 6 personnes ne représentent que
7 % des ménages vivant dans ces ZUS.
Les ZUS du groupe C sont surtout
implantées dans les Hauts-de-Seine,
l’Essonne et le Val-de-Marne. A l’inverse
du groupe B, les deux cinquièmes de ces
ZUS sont situées dans des communes
plus en difficulté que la moyenne des
communes concernées par des zones
urbaines sensibles. Par exemple, les ZUS
« Chardonnerettes » et « Parc aux Lièvres »
qui appartiennent au groupe C se trouvent
respectivement à Sarcelles et à Evry
qui sont en plus grande difficulté que la
moyenne des communes concernées
par des ZUS en Ile-de-France.
Groupe D
Les ZUS les moins en difficulté
16 ZUS, 70 600 habitants
Les 70 600 habitants des 16 ZUS de ce
groupe rassemblent les populations des
ZUS franciliennes les moins en difficulté,
sauf en ce qui concerne l’offre médicale,
avec, en moyenne, seulement 4,7
médecins dans un rayon de 500 mètres
autour du domicile. Cette population est
en moyenne moins pauvre que celle des
autres groupes. Dans ce groupe, seules
9 % des personnes ont de bas revenus.
La moitié des ménages dispose d’un revenu
de plus de 16 500 € par an et par
unité de consommation, soit 1 380 € par
mois (le Smic mensuel brut pour 169
heures de travail étant de 1 357,07 €, en
2005). Les proportions de bénéficiaires
de la CMU-C, que cela soit sur l’ensemble
des habitants ou les 18-24 ans,
sont beaucoup plus faibles que dans les
autres groupes. Relativement peu de logements
HLM sont disponibles dans le
parc immobilier (45 % du parc). Par ailleurs,
seuls 5 ménages sur 100 comprennent
plus de 6 personnes. Le taux
d’activité des 25-65 ans est supérieur à
84%et ces habitants sont moins concernés
par le chômage (8 %). Les ouvriers et
les employés sont certes les plus nombreux
parmi les salariés (64 %), mais ils
sont moins représentés qu’à l’échelle
des ZUS franciliennes dans leur ensemble.
Ces ZUS sont surtout situées dans les
Yvelines et dans l’Essonne. A l’exception
de la ZUS « Val Notre-Dame », située à
Bezons, toutes les ZUS du groupe D sont
dans des communes moins en difficulté
que la moyenne : ZUS « Les Prés » à
Montigny-le-Bretonneux ou « Les Buissons,
Marelles » à Boussy-Saint-Antoine, par
exemple.
Groupe E
Des ZUS atypiques :
des difficultés malgré
une forte densité médicale
et peu de HLM
8 ZUS, 111 500 habitants
Ce groupe rassemble 8 ZUS qui se distinguent
assez fortement de celles des
autres groupes : un habitant d’une de ces
La très grande majorité des habitants des ZUS
de Seine-Saint-Denis, de Seine-et-Marne et du Val-d’Oise
vivent dans les ZUS les plus en difficulté
Plus de 90 % des habitants des ZUS de Seine-Saint-Denis vivent dans une ZUS appartenant aux
groupes A et B. C’est le département francilien où la population des ZUS est la plus en difficulté.
La Seine-et-Marne et le Val-d’Oise se situent juste après : 84%des Seine-et-Marnais et 70%des
Val-d’Oisiens résident dans une ZUS du groupe A ou du groupe B et sont donc particulièrement
exposés à la précarité sociale.
Pour les groupes C et D, les départements de l’Essonne, des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne
ont un profil assez similaire : plus de la moitié des habitants des ZUS de ces départements se
répartissent dans ces deux groupes. Ils sont donc relativement moins exposés aux difficultés
sociales que les autres départements franciliens.
Plus de la moitié des ZUS des Yvelines sont dans les groupes les moins en difficulté. Ainsi, 9 des
16 ZUS yvelinoises appartiennent aux groupes C et D, mais 57 % des habitants des ZUS des
Yvelines vivent dans une des ZUS des groupes A et B. Cette situation traduit la concentration des
difficultés dans certaines ZUS très peuplées et particulièrement touchées par la précarité sociale.
Les trois quarts des habitants des ZUS parisiennes vivent dans les ZUS du groupe E. Elles sont
confrontées à des difficultés plus importantes que la moyenne francilienne.
0
20
40
60
80
100
Paris Hauts-de-Seine Seine-Saint-
Denis
Val-de-Marne Seine-et-Marne Yvelines Essonne Val-d’Oise Ile-de-France
Groupe A Groupe B Groupe C Groupe D Groupe E
%
7,8
36,9
18,2
9,0 13,8
9,2
29,6
54,8
39,0
73,6
39,2
28,8
62,4
42,9
7,3
61,4
7,2
56,9
13,9
15,2
52,6
24,6
29,1
2,9
1,1
2,0
2,2 4,0
5,5
75,7
8,7
13,5
6,1 2,1
10,3
5,1
27,4
Répartition par groupe des populations des ZUS pour chacun des départements franciliens
Source : Insee, recensement de la population 2006
ZUS peut trouver plus de 26 médecins
généralistes dans un rayon de 500 mètres
autour de sa résidence principale.
De même, ces ZUS ne comptent que
17%de HLM dans leur parc immobilier.
Ces deux principales différences s’expliquent
par leur situation géographique :
les ZUS sont situées majoritairement
dans des arrondissements parisiens. Ces
ZUS appartiennent à des communes
(ou arrondissements) plus ou moins en
difficulté. Ainsi, « Fontaine au Roi » se
situe dans le 11e arrondissement de Paris,
relativement peu en difficulté, tandis
que Bagnolet, ville dans laquelle est localisée
la ZUS « Les Coutures », fait
partie des 25 % des communes les plus
en difficulté parmi les 105 communes et
arrondissements concernés par des ZUS.
Cette population est par ailleurs moins
jeune que les autres : les mineurs représentent
à peine 19 % de la population.
Mais les 18-24 ans sont relativement
nombreux à bénéficier de la CMU-C (un
bénéficiaire sur cinq). Les ZUS de ce
groupe ne comptent que peu d’ouvriers
et d’employés, seulement 54 %des salariés
appartiennent en effet à ces catégories
socioprofessionnelles. Près d’une
personne sur quatre a de bas revenus,
tandis que le revenu médian par unité de
consommation est bien supérieur à la
moyenne francilienne, 13 092 € contre
11 392 €. 15,2 % des actifs de 25 à 65
ans sont au chômage, soit une part légèrement
plus élevée que la moyenne des
ZUS franciliennes (14,8 %).
Cette étude a été menée en partenariat par
l’Insee Ile-de-France et la Direction régionale
de la jeunesse, des sports et de la cohésion
sociale (DRJSCS) d’Ile-de-France.
Pour en savoir plus
Chevalier C., Lebeaupin F. : « La population des zones urbaines sensibles », Insee première, n° 1328, décembre 2010.
Rapport 2010 de l’observatoire national des zones urbaines sensibles, Les Editions du CIV, novembre 2010.
Guillon V. : « Les quartiers politique de la ville en Haute-Normandie : une très grande diversité de situations », Insee Haute-Normandie, Aval, n° 92,

février 2010.
© Insee 2011
Publication téléchargeable à partir du site Internet : http://www.insee.fr/ile-de-france
0984-4724
n° 2133 AD
I1135652
ISSN
Commission paritaire
Dépôt légal : 1 semestre 2011 Code Sage er
INSTITUT NATIONAL
DE LA STATISTIQUE
ET DES ETUDES ECONOMIQUES
Direction régionale d’Ile-de-France
7, rue Stephenson – Montigny-le-Bretonneux
78188 Saint-Quentin-en-Yvelines cedex
Insee Ile-de-Fr@nce Infos : la Lettre d’information électronique vous informe tous les mois de l’activité de l’Insee Ile-de-France
http://www.insee.fr/ile-de-france
Directrice de la publication
Comité de rédaction
Chef de projet
Rédactrice en chef
Conception graphique
Maquette
Impression
: Sylvie Marchand
: Patrick Pétour
: Olivier Jacod
: Christel Collin
: PAO Insee Ile-de-France
: Nathalie Droux – Nicolas Renaud
: Jouve

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :